Esthétique : un déconfinement sous haute surveillance

Publié le 12/05/2020

La CFDT a participé avec les partenaires sociaux de la branche de l’Esthétique à la création d’une fiche pratique détaillant les mesures sanitaires applicables dans les instituts et les Spa dès le 11 mai.

Etant données les spécificités des métiers de l’Esthétique, la CFDT s’est montrée particulièrement exigeante sur les mesures à adopter. Vous retrouverez ses  préconisations dans le document final qui a été validé par le ministère du Travail et le ministère de la Santé (à consulter sur le site gouvernemental dès parution).

Les préconisations de la CFDT portent particulièrement sur :

  • l’obligation de l’employeur de fournir le matériel de protection à destination des salariés (masque et/ou visière, blouse jetable ou lavable à 60°, gants, gel hydro alcoolique, lingettes désinfectantes, …)
  • l’obligation du port des équipements de protection pour tous les salariés,
  • l’élaboration d’un plan de nettoyage du matériel, des appareils et des outils après chaque client (ou utilisation d’outils jetables),
  • l’organisation du flux des clients par la suppression du sans rendez-vous,
  • l’organisation du service et des prestations afin de respecter la distanciation physique d’1m50 minimum et la circulation des salariés sans croisement,
  • l’affichage des consignes sanitaires à l’entrée des instituts et Spa
  • le port de masque obligatoire pour les clients, ainsi que l’usage de gel hydro alcoolique et le port de blouse jetable,
  • l’organisation du vestiaire clients pour isoler les vêtements, la suppression de toute collation et des magazines pour les clients, la suppression des distributeurs de boissons pour les clients et les salariés,
  • la suppression de l’utilisation de tout appareil utilisant l’air du fait du risque de dispersion des nanoparticules du virus en suspension : climatisation ou tout type de ventilation, aspirateur (privilégier le nettoyage des sols au linge humide avec un désinfectant adapté),
  • la suppression de certaines prestations collectives utilisant l’eau ou la vapeur (type sauna ou hammam), certains types de soins ou d’épilation du fait du risque trop élevé de transmission du virus.

Un temps de formation/information pour les salariés est prévu avant la réouverture des instituts et Spa. Le document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP) de chaque site devra être amendé des mesures détaillées dans la fiche pratique. Un guide et des affiches élaborés avec l’ensemble des partenaires sociaux et reprenant toutes les mesures détaillées sont en cours de création par Apicil, organisme de santé partenaire de la branche.

 

Photo :  postooleh / Freepik